L’union des droites by Ménard : tout ce que vous avez toujours voulu savoir sans jamais oser le demander ! (Hérault-Tribune)

La stratégie locale de l’union des droites a été élaboré avec les représentants locaux de DLF, du PR et du RPF lors de la campagne des municipales de Béziers de 2014 dans le seul but localement de permettre au candidat Robert Ménard de l’emporter dans un contexte très particulier.

Une droite dite classique installée depuis trois mandats, contestée et un contexte de tensions entre le Maire sortant (Mr Couderc) et le député sortant (Mr Aboud).

Pourquoi cette stratégie a-t-elle été élaborée ?

Pour récupérer l’électorat de la droite dite « classique » rendu  »compatible » avec celui du Front National pour obtenir une majorité politique locale sur la base avant tout d’un projet local.

Bien entendu, même localement déjà le Front National n’était déjà pas favorable à l’union des droites.

La cosmétique de cette union associée à une communication adaptée a permis à de nombreux électeurs de passer le rubicon et de mettre le bulletin de vote dans l’urne avec la flamme car apparaissaient plusieurs logos de partis.   

Une autre vrai raison était liée à la personnalité même du candidat Robert Ménard qui en privé ne se privait pas d’exprimer sa défiance vis à vis du Front National, exprimait le fait de ne pas s’y retrouver « intellectuellement » sur des points qui lui paraissaient essentiels comme l’Europe.

Cela étant, il était impératif d’en récupérer l’essentiel des voix et de ce fait l’électorat, alors Mr Menard dans les médias  »était d’accord » avec 90% des idées de Marine.

Personne n’a creusé les 10% de désaccord. C’est ce qui dans la durée va faire exploser cette alliance qui n’est bien évidemment plus possible car il s’agit de points fondamentaux, de l’ADN même du Front National auxquels s’attaque idéologiquement Mr Ménard.

L’actualité criante de ce sujet, le rattrape lui et son épouse qui gesticulent un maximum car désormais « notables » de la politique, leur image ne peut plus être compatible avec celle que peut renvoyer d’être assimilés au Front National, surtout sur les plateaux TV avec leurs confrères.

En 2014 déjà, il y avait cet indispensable besoin de ne pas s’assimiler « moralement » avec le FN pour soulager sa conscience tout en profitant  d’un plein de voix. 

Cette stratégie d’union des droites, c’était la stratégie de la dédiabolisation qui devait marcher à plein avec en arrière plan un bénéfice partagé pour le Front National et pour lui-même.

L’ironie du sort c’est que le Front National croyant utiliser Mr et Mme Ménard pour se dédiaboliser se retrouve aujourd’hui attaqué sur ses fondamentaux par des personnalités élues grâce à lui.

Mme Ménard soutenue et élue comme députée assurant dans les médias et sur les plateaux TV le soir même, qu’elle ne doit  »déjà » plus son élection au Front National mais bien à une union des droites… locale.

Sur cette union des droites, qu’en est-il réellement ?

L’union politique, c’est bien entendu faire vivre des courants au sein d’un mouvement.

C’est avoir des partenaires avec des idées que l’on partage.

L’union c’est la force de la pluralité de l’expression des partis partenaires.

Dans le cadre de Mr Ménard, où sont les partenaires ? Quel poids politique ? Quelle légitimité ?Quand s’expriment-ils ? Quand ont-ils droit au chapitre ?

L’union des droites que Mr Ménard porte s’exprime-telle au sein de son propre conseil municipal ? Dans les médias locaux ? Puisque cette majorité en est le fruit !

Dans le cas présent, il est évident que l’union ne peut pas se résumer à imposer le seul point de vue de Mr ou Mme à l’ensemble des partis qui les soutiennent ou aux partis de gouvernements même si leurs confrères journalistes leur offre une tribune.

Le FN et LR ont déjà indiqués qu’aucune alliance ne pourra se faire entre eux, rejetant de facto l’union des droites proposée par Ménard.

Une proposition d’union qui interroge de la part de quelqu’un qui n’arrive pas à s’entendre et à respecter le parti le plus important qui l’a soutenu et a contribué à le faire élire lui et sa femme, c’est à dire le Front National.

Une union c’est bien « un mariage pour tous » ceux qui y adhèrent.

L’union proposée par Mme et Mr Menard, s’apparente plus à « un mariage contre tous ».

Et de ce fait, surtout d’une union politique entre eux, mais même ça jusqu’à quand ?

Brice BLAZY

porte parole du RPF

Conseiller Municipal démissionnaire de la majorité Ménard à Béziers

Add your comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*



Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Suivez moi

  • Twitter is currently flying the fail whale
  • © 2012 Brice Blazy